Acte 1, Scène 2 – Yves Steiner recherche et divulgue les sources de ses collègues journalistes

La scène première a démontré les pratiques clandestines du célèbre journaliste de la Radio-Télévision Suisse, Yves Steiner. Grâce à une écoute téléphonique réalisée par la police judiciaire, obtenue par notre enquête et publiée en exclusivité sur notre site, nous révélions son activité de recel d’informations compromettantes contre la famille d’un dirigeant étranger, et sa participation secrète à une lugubre guerre de clans.

Nos révélations sur le rôle douteux (sinon illégal) de la Radio-Télévision Suisse dans le dossier du Kazakh-gate ne fait que commencer; un des actes ultérieurs de notre enquête y est entièrement consacré. Pour la scène deux de notre acte premier, nous nous penchons toutefois sur une pratique encore plus grave. En effet, et en qualité de journalistes, la protection des sources relève de la mission prioritaire; avant même celle d’informer le public.

Aucun juge, procureur, gendarme ou armée ne serait susceptible d’obtenir de notre part une telle information; a fortiori, aucun détective privé; et, à plus forte raison, si ce détective se trouve mandaté par l’objet de notre enquête.

Si, par exemple, un collaborateur de M. Steiner, ou un dirigeant de la Radio-Télévision Suisse, cherchait à connaître l’expéditeur des quelques milliers d’écoutes téléphoniques dont nous disposons, aucune somme d’argent, aucune menace, et aucune injonction ne nous ferait accéder à leur souhait.

Cette règle, la première que l’on enseigne en école de journalisme, la plus sacro-sainte aux yeux de la profession, et dont la légitimité est codifiée par le droit pénal, Yves Steiner ne la connaît pas. Ou plutôt, il décide de n’en point tenir compte.

L’écoute téléphonique que nous proposons aujourd’hui a été réalisée par la police judiciaire genevoise le 28 novembre 2013, et provient du même dossier classé. De nouveau, il s’agit d’une conversation entre Yves Steiner et son complice préféré, “Tony”, détective privé à Genève; ce dernier travaille pour le compte d’un vigneron quelconque contre lequel Yves Steiner, et par extension la Radio-Télévision Suisse, mobilise l’argent du contribuable (et qu’il trahit en exfiltrant secrètement ses données confidentielles à l’attention de son complice).

Dans cette écoute, on apprend que M. Steiner s’est engagé à découvrir et à communiquer, à Tony mais pour le compte dudit vigneron, la source d’une de ses consoeurs journalistes. Il s’agit de Marie Parvex, une investigatrice réputée et décorée, qui la première a fait état du redressement fiscal dont la société de vins faisait l’objet. A l’évidence, Tony et M. Steiner ont convenu de ne pas divulguer l’origine du renseignement, dans la mesure où la collaboration entre les deux acolytes est strictement secrète.

Si, d’ailleurs, la croisade de la RTS contre le vigneron relève de l’intérêt public, on comprend mal comment aider le vigneron à découvrir les sources d’un journaliste sert ce même intérêt. Par cette écoute, on démontre donc deux choses: le comportement éminemment anti-déontologique de M. Steiner, et le caractère parfaitement futile de son travail.

Veuillez cliquer sur les liens Youtube ou Soundcloud ci-après, ou consulter la retranscription complète de l’écoute téléphonique qui figure en-dessous.

Continue reading Acte 1, Scène 2 – Yves Steiner recherche et divulgue les sources de ses collègues journalistes